Généalogie Armoiries Accueil Portraits Documents

Littérature, Musique et traditions


La famille Spens est présente dans de nombreuses histoires rapportées par les traditions familiales et dans des textes littéraires.

Elle est universellement connue par la très célèbre ballade de Sir PATRICK SPENS, qui, dans le monde anglo-saxon, est l’équivalant de la ballade de ROLLAND à Roncevaux. Cette ballade qui a été, et est toujours apprise par cœur par une grande partie des jeunes écoliers, suscite une très nombreuse littérature et il suffit de rechercher sur internet « Patrick Spens » pour trouver des milliers de textes et références (5.000 sites en février 2004).
Sa partition musicale ancienne est notée dans les livres de musiques. Dans les années 1960-1970, de nombreux chanteurs l’ont mis à leur répertoire. Parmi ceux-ci, on peut citer le groupe FAIRPORT CONVENTION, qui en a donné plusieurs versions, WINDY GROSSMAN, JIM MALCOLM, SANDY DENNY, etc…

En France, BARBEY d’AUREYVILLY a fait d’ISABELLE de SPENS l’héroïne de son roman « Le Chevalier des Touches » à qui MARCEL PROUST consacrera plusieurs pages dans son roman « La Prisonnière ».


LA BALLADE de SIR PATRICK SPENS


The Legendary and Romantic ballads of Scotland


SIR PATRICK SPENS

The King sits in Dunfermline, town,
Drinking the blue-red wine:
“O where will I get a skeely skipper
To sail this ship of mine?”

It’s up and spake an eldern knight,
Sat at the king’s right knee:
“Sir Patrick Spens is the best sailor
That ever sailed the sea.”

The king has written a braid letter,
And sealed it with his hand,
And sent it to Sir Patrick Spens,
Was walking on the strand.

To Noroway, to Noroway,
To Noroway o’er the feam;
The king’s daughter of Noroway,
‘Tis thou maun bring her hame!”

The first word that Sir Patrick read,
Sae loud, loud laughed he;
The neisd word that Sir Patrick read,
The tear blinded his ee.

“O wha is this has done this deed,
And tauld the king’o me,
To send us out at this time of the year,
To sail upon the sea?

“Be’t wind, be’t weet, be’t hail, be’t sleet,
Our ship must sail the feam;
The king’s daughter of Noroway,
‘Tis we must fetch her hame.”

They hoysed their sails on Monenday morn,
Wi’ a’ the speed they may;
They hae landed in Noroway
Upon a Wodensday.

They hadna been a week, a week
In Noroway, but twae,
When that the lord’so’ Noroway
Began aloud to say:

“Ye Scottishmen spend a’ our king’s gowd
And a our queenis fee;”
“Ye lie, ye lie, ye liars loud!
Fu’ loud I heard ye lie !

“For I hae brought as much white monie
As gane my men and me-
And I hae brought a half-fou o’ gude red gowd
Out owre the sea wi’ me.

“Mak ready, mak ready, my merry men a’!
Our gude ship sails the morn.”
“Now, ever alake! My master dear,
I fear a deadly storm!

“I saw the new moon, late yestreen,
Wi’ the auld moon in her arm;
And if we gang to sea, master,
I fear we ‘ll come harm.”

They hadna sailed a league, a league,
A league but barely three,
When the lift grew dark, and the wind blew loud,
And gurly grew the sea.

The ankers brak and the topmasts lap,
It was sic a deadly storm;
And the wawes came o’er the broken ship
Till a’her sides were torn.

“O where will I get a gude sailor
To take my helm in hand,
Till I get up to the tall topmast
To see if I can spy land.”

“O here am I, a sailor gude,
To take the helm in hand,
Till you go up to the tall topmast-
But I fear you’ll ne’er spy land.”

He hadna gane a step, a step,
A step but barely ane,
When a bout flew out of the goodly ship,
And the saut sea it came in.

“Then up an’ came a mermaid,
Wi’ a siller cup in her han’;
‘Sail on, sail on, my gude Scotch lords,
For ye sune will see dry lan’.

‘Awa’ awa’, ye wild woman,
And let your fleechin’ be;
For, sen your face we’ve seen the day,
Dry lan we’ll never see.”

“Gae fetch a web o’ the silken claith,
Another o’ the twine,
And a whap them into our ship’s side,
And let na the sea come in.”

They fetched a wab o’ silken claith,
Another o’the twine,
And they wapped them roun’ gude ship’side,
But still the sea came in.

“The are five-and-fifty feathers beds
Well packed in ae room,
And ye’ll get as muckle gude canvass
As wrap the ship a’roun’.”

O laith, laith were our Scots lords
To weet their cork-heeled shoon!
But lang or a’ the play was played
They had their hats aboon.

And mony was the feather bed
That floated on the feam;
And mony was the gude lord’s son
That never mair cam’hame.

The ladyes wrang theire fingers white-
The maidens tore their hair;
A’ for the sake of their true loves-
For them they’ll see na mair.

O lang, lang may the ladyes sit,
Wi’ their fans into their hand,
Before they see Sir Patrick Spens
Come sailing to the strand!

And lang, lang may the maidens sit,
Wi’ their gowd kaims in their hair,
A’ waiting for their ain dear loves-
For them they’ll na mair.

Half owre, half owre to Aberdour,
“Tis fifty fathoms deep,
and there lies gude Sir Patrick Spens,
wi’ the Scots lords at his feet.

C’est la plus vielle ballade d’Ecosse. De nombreux historiens, parmi lesquels ont peut citer pour les plus anciens l’évêque BISHOP, Sir Walter SCOTT, M. FINLAY, M. RITSON, M. FORDUN, M. MOTHERWELL, etc.., ont disserté sur le sujet. Aujourd’hui, il est admis qu’elle est basée sur des faits authentique : elle relate le voyage que fit MARGARET, fille du roi ALEXANDRE III, pour épouser le roi Eric de Norvège et le naufrage des nobles écossais au retour des noces en août 1281.
Pour la famille SPENS, cette histoire a toujours été donnée pour authentique. Patrick SPENS ( voir généalogie p 9/3)était un des 3 fils de JOHN de SPENS le Bailly d’Irvine, l’arrière petit fils de JOHN DISPENSATOR.
Depuis le XIIéme siécle les membres de la famille SPENS exerçaient des fonctions royales, faisaient du commerce maritime et le métier des armes. C’est ainsi que dans la généalogie des Spens, il y a ceux qui tiennent des offices royaux : en premier celui de Dispensator (qui a donné son nom à la famille), des baillys et des « constables » des « keepers» de la porte du roi ou de forets royales. Il y a des Spens armateurs et marchants, bourgeois importants de Perth et d’Aberdeen qui tiennent féodalement des ponts et des routes sur lesquels ils perçoivent des taxes. Il y a des Spens qui semblent faire exclusivement le métier des Armes.
La plupart d’entre eux font des aveux pour des terres nobles et les aînés sont qualifiés de Laird ou de barons (les 2 frères de PATRICK SPENS : NICOLAUS de SPENS Lord of Langnodryffe et HENRY de SPENS féodal baron signent en 1296 leur soumission au roi d’Angleterre EDWARD avec les autres barons féodaux écossais).
Depuis 1281, le prénom Patrick est souvent porté par les agnats en deuxième prénom quand ils ne l’ont pas en premier prénom.
La tradition familiale ajoute que le Roi d’Ecosse ne pouvait confier sa fille MARGARET qu’à un de ses parents pour la mener à son époux (on verra plus tard dans la généalogie que THOMAS de SPENS accompagnera la princesse d’Ecosse en France pour épouser le Dauphin le futur LOUIS XI). En tant que cadet des Comtes de Fife, les SPENS remplissaient cette condition. En complément, il est ajouté que la véritable raison du retour précipité de l’ambassade écossaise qui assista au mariage, est que la princesse MARGARET d’Ecosse était éprise de PATRICK SPENS …. ce qui déclancha le courroux du roi ERIC de NORVEGE lorsqu’il s’en aperçu.

L'autre fameuse ballade médiévale écossaise est celle qui raconte le siége du château de DUNBAR en 1338. Le château fut défendu par Agnès la comtesse de MORAY surnommée "Black Agnès" qui fut aidée par de nombreux barons et chevaliers écossais.Dans cette ballade est rapporté dans plusieurs versets l'exploit de William de SPENS. La ballade dite de :

BLACK AGNES
Of the Assiege of Dunbare,

Where the Countess was wise and ware:
Schyre William Montague, that sua(consequently)
Had tane the Siege. in hy gret ma
A mekil and right stalwart engine,
And up smartly gert dress it: syne
Then warpit at the wall gret stanes
Baith hard and heavy for the nanys, (purpose)
But that nane merryng to them made,
And alsua when they castyne had,
With a towel, a damisell
Arrayed jollily and well,
Wippit the wall, that they micht see
To gere them mair annoyed be.
There, at the siege, well lang they lay,
But there little vantage got they;
For when the bykkyne wald, or assail,
They tint the maist of their travaile.
And as they bygeryd there a'day,
Of a great shot I shall you say,
For that they had of it ferly,
I here to you rehearse will I.
William of Spens percit a Blasowne,
And thro' three fauld of Awbyrchowne,
And the Actowne through the third ply,
And the arrow in the bodie,
Whil of that dynt there dead he lay;
And then the Montagu gan say,
"This is ane of my Lady's pinnis,
Her amouris thus, till my heart rinnis."
Whil that the siege was there on the wise,
Men sayis there fell sair juperdyis.
For Lawrence of Prestoun, that then
Haldin and of the wichtest men,
That was in all Scotland that tide,
A rout of Inglismen saw ride,
That seemed gude men and worthy,
And were arrayed right richly;
He, with as few folk, as they were,
On them assembled he there;
But, at the assembling, he was there,
Intil the mouth stricken with a spear,
While it up in the harnys ran;
Till a dike he withdrew him than,
And died; for nae mair live he micht.
His men his death perceived noucht;
Whil they them vanquish'd utterly.
And with their faes faucht stoutly,
Thus was this gude man brought till end,
That was ticht greatly to commend.
Of gret wirschipe (manhood) and great bownte (goodness),
His saul be aye in saftie.
Sir William als of Galstown
Of Keith, that was of gude renown,
Met Richard Talbot by the way
ANd set him to sa hard assay,
That to a kirk he gert him gae,
And close there defence to ma;
But he assailed there sa fast,
That him be-hov'd treat at the last,
And twa thousand pound to pay,
And left hostage, and went his way.
The Montagu was yet lyand,
Sieging Dunbare with stalwart hand;
And twa gallies of Genoa had he,
For till assiege it by the sea.
And as he thus assiegend lay,
He was set intil hard assay;
For he had purchased him covyn (secret agreement)
Of and of them, that were therein,
That he should leave open hte yete
And certain term till him then set
To come; but they therein halily
Were warnit of it privily.
He came, and the yet open fand,
And wald have hane in foot steppand;
But of John Cowpland, that was then
But a right poor simple man,
Shut him off, back, and in is gane,
The Portcullis came down on ane;
And spared Montagu, thereout
They cryed, with a sturdy shout,
"A Montagu for evermair!"
Then with the fold that he had there,
He turned to his Herbery,
And let him japyt fullyly.
Syne Alexander, the Ramsay,
That trowed and thought, that they
That were assieged in Dunbar,
At great distress or mischief were;
That in an evening frae the Bass,
With a few folk that with him was,
Toward Dunbar, intil a boat,
He held all privily his gate;
And by the gallies all slyly
He gat with his company.
The lady, and all, that were there,
Of his coming well comfort were:
He issued in the morning in hy,
And with the wachis sturdily,
Made and apart, and stout melle,
And but tysel entered he.
While Montagu was there lyand,
The Kind Edward of England
Purchased him help, alyawns,
For he wald amowe were in France;
And for the Montagu he send;
For he cowth (bring) nae thing till end
For owtyn him, for that time he
Was maist of his counsel privie,
When he had heard the king's bidding
He removed, but mair dwelling,
When he, I trow, had lying there
A quarter of a year and mair.
Of this assiege in their hethyng (derison),
The English oysid to make karping
"I vow to God, she makes gret stere
The Scottish wench ploddere, (fighter)
Come I aire, come I late,
I fand Annot at the yate."

Ce WILLIAM de SPENS est Lord of Gylgyrstona, lord of Glespany, lord of Dumbarnie and Bondiingtoun (voir généalogie niveau P-11/1). La seigneurie de Gylgyrstona est situé dans le comté de Perth, celle de Glespany dans la baronnie d'Errol dans le Pertshire, celle de Dumbarnie and Bondiingtoune" dans la conétablie de Haddingtoune dans la vicomté d'Edinburgh (ces dernières seigneuries lui ont été données en 1358 par William, comte de Douglas en dot de sa fille ou soeur qui épousa William de SPENS). Il était fils aîné du baron féodal Thomas de SPENS (voir généalogie niveau P-10/1)et naquit vers 1310 and décéda en 1370. En 1338, il aida avec succès sa parente surnommée "Black Agnes" la comtesse de MORAY à défendre Dunbar Castle qui fut assiégé en vain par les troupes anglaises. Le poéme rapporte son exploit: avec un arc il réussit d'une fléche à toucher et à tuer le sire de MONTEGU qui était le commandant anglais en second au siège de Dunbar. Le comte de SALISBURY le commandant des troupes anglaises chevauchait avec le sire de MONTEGU lorsque la flèche tirée par le chevalier William de SPENS transperça l'armure, la triple cote de mailles et la jacquette de cuir du sire de MONTEGU et lui perça le cœur. Walter SCOTT , dans son histoire d'Ecosse rapporte le fait et ajoute que le comte de SALISBURY plaisanta sur la mort de son ami et déclara : "C'est un gage d'amour de la comtesse, les traits d'Agnès la Noire arrive toujours jusqu'au cœur".

Jules BARBEY d’AUREVILLY a dans son roman « Le chevalier Destouches » appelé son héroïne Aimée-Isabelle de SPENS et dit à son sujet dans le chapitre III :

« de belle qu’elle avait été, elle n’était plus que charmante : car elle avait été d’une beauté célèbre dans sa province et même à paris, quand elle y venait avec son oncle, le colonel Walter de Spens, vers 18…, et quand elle accaparait, en se montrant au bord d’une loge, toutes les lorgnettes d’une salle de spectacle. Aimée-Isabelle de Spens, de l’illustre famille écossaise de ce nom, qui portait en son écu le lion rampant du grand Macduff, était le dernier rejeton de cette race antique, venue en France sous Louis XI et dont les divers membres s’étaient établis, les uns en Guyenne et les autres en Normandie. Sortie des anciens comtes de Fife, cette branche de Spens, qui pour se distinguer des autres, ajoutait à son nom et à ses armes le nom et armes de Lathallan, s’éteignait en la personne de la comtesse Aimée-Isabelle, que l’on appelait simplement mademoiselle Aimée…. »

Tout ce qu’a écrit Jules BARBEY d’AUREVILLY sur les origines de la famille de SPENS est vrai. Il écrit « Quant à de Spens, j'en remontrerai à mon maître (une fois n'est pas coutume), car il n'y a pas de nom plus Calédonien que celui-là. C'était le nom de la belle-mère de mon Ange Blanc dont je sais toute la généalogie ad unguem » (à Trebutien, le 17 décembre 1854, tome IV, p. 137). Il a inventé : la branche normande qui n’a jamais existé, le personnage d’Aimée-Isabelle qui est un jeu de mot à partir du nom de famille DESME de Clotilde Agathe DESME du BUISSON qui fut la femme du maréchal de camp et colonel du régiment de la Couronne Jean, baron de Spens d’Estignols, et qui épousa en deuxième noce l’ancien président à mortier du Parlement de Bordeaux et émigré Mathieu de Spens d’Estignols, marquis de Lancre et de Laage. La branche du colonel ne s’est pas éteinte, mais celle de Mathieu de Spens d’Estignols, marquis de Lancre et de Laage s’éteignit avec lui. Le colonel Walter est bien sur le maréchal de camp et colonel du régiment de la Couronne Jean, baron de Spens d’Estignols, qui a eut un fils Emmanuel qui a continué la lignée. Mathieu de Spens d’Estignols, marquis de Lancre et de Laage ayant eu de sa première femme Marie Anne de SEGUR de BOIRAC 6 filles, dont 5 se marièrent, adopta le fils de sa deuxième femme Clotilde Agathe DESME du BUISSON, la veuve de Jean Baron de SPENS, maréchal de camps et armées du roi et colonel du régiment de la couronne : Emmanuel de SPENS. L’une de ses filles : Marie Henriette MARGUERITE Françoise Mathieu dite ANAïS, °7/01/1786, +8/12/1851 à Bordeaux, épousa le 26/10/1808 à Sainte-Croix du Mont le baron JEAN Marie Rufin de BOUGLON, fils du baron JEAN Rufin de BOUGLON et de Marie DUFAU de LANTICQ. Leur fils Rafin de BOUGLON épousa à son tour Françoise Emilie SOMMERVOGEL, fille du baron allemand SOMMERVOGEL et d’Elisabeth LIEUHART.

BARBEY d’AUREVILLY rencontra en 1851 Françoise Emilie SOMMERVOGEL, baronne de BOUGLON qui était veuve du baron Rufin de BOUGLON dont elle avait eu 2 enfants Raymond de BOUGLON, capitaine d’infanterie qui continua la lignée, et Marie de BOUGLON morte en couche en 1856 en Russie après avoir épousé le prince russe SOUHOWO-KABYLINN. La baronne de BOUGLON a été surnommée « l’Ange blanc », elle a été l’amie de BARBEY d’AUREVILLY et l’a largement inspiré. Voilà les sources de l’inspiration du personnage d’Aimée-Isabelle de SPENS.

Aimée-Isabelle de Spens fascinera Marcel PROUST : dans les dernières pages de son roman « La Prisonnière » il fait dire à son héros : « …Ces phrases types, que vous commencez à reconnaître comme moi, ma petite Albertine, les mêmes dans la sonate, dans le septuor, dans les autres œuvres, ce serait, par exemple, si vous voulez, chez Barbey d’Aurevilly, une réalité cachée, révélée par une trace matérielle, la rougeur psychologique de l’Ensorcelée, d’Aimée-Isabelle de Spens, de la Clotte, la main du rideau cramoisi, les vieux usages, les vieilles coutumes, les vieux mots, les métiers anciens et singuliers derrière lesquels il y a le Passé, l’histoire orale faite par les pâtres du terroir, les nobles cités normandes parfumées d’Angleterre et jolies comme un village d’Ecosse, la cause des malédictions contre lesquelles on ne peut rien, la Vellini, le Berger, une même sensation d’anxiété dans un passage, que se soit la femme cherchant son mari dans une Vieille Maîtresse, ou le mari dans l’Ensorcelée, parcourant la lande, et l’Ensorcelée elle-même au sortir de la messe. Ce sont encore des phrases-types de Vinteuil que cette géométrie du tailleur de pierre dans les romans de Thomas Hardy.»

 
2009-02-17